Menu du site      visite guidée
 

 


 
LES ENFANTS SONT-ILS VRAIMENT DE PLUS EN PLUS GRANDS ?
TAILLE CIBLE ET PRÉDICTIONS DE LA TAILLE ADULTE
COMMENT MESURER SON ENFANT ?
COMMENT EVALUER LA CORPULENCE D'UN ENFANT?
LA PREMIERE COURBE DE CROISSANCE D’UN ENFANT
L’INFLUENCE DES HORMONES SUR LA CROISSANCE
LES DIFFERENTES PHASES DE LA CROISSANCE
ACTIVITES SPORTIVES ET CROISSANCE
LA FABRICATION DE L'HORMONE DE CROISSANCE
COMMENT S’APPLIQUE UN TRAITEMENT PAR HORMONE DE CROISSANCE?
VOTRE ENFANT A-T-IL COMMENCE SA PUBERTE?
VOTRE MEDECIN A-T-IL DEJA FAIT PRATIQUER UN "AGE OSSEUX"?
LES ASSOCIATIONS
LIVRES

L’INFLUENCE DES HORMONES SUR LA CROISSANCE

L'hormone de croissance
L'hormone de croissance occupe une place centrale dans la régulation de la croissance. La somatropine (sous son nom scientifique), antérieurement dénommée STH et actuellement hGH pour human Growth Hormone, est sécrétée de façon pulsatile par la glande hypophyse, petite glande située sous le cerveau, au niveau de la base du crâne, dans l’axe de la racine du nez. Pour les 4/5° environ, cette sécrétion est nocturne, caractérisée par trois à cinq pics de sécrétion chez l'enfant, un ou deux seulement chez l'adulte et de moindre amplitude. La sécrétion est maximale juste après la naissance et au cours de la puberté. Ce n’est pas parce que cette hormone de croissance est fabriquée surtout durant le sommeil qu’il est juste de prétendre que l’enfant « grandit pendant la nuit », mais il reste cependant souhaitable, pour des raisons d’hygiène générale, que l’enfant puisse faire de bonnes nuits. En réalité, l’enfant grandit comme on monte un escalier : les marches alternent avec les paliers et, de plus, il existe des variations saisonnières de la croissance, les enfants grandissant plus rapidement - en général mais pas toujours – durant le printemps et l’été que pendant l’automne et l’hiver.
Il s’agit d’une hormone polypeptidique de 191 acides aminés secrétée par l'antéhypophyse. Sa sécrétion est sous la dépendance de deux facteurs de régulation venant de l’hypothalamus, qui est une partie du cerveau : la somatocrinine ou G.R.F. (Growth Hormone-Releasing Factor), polypeptide de 44 acides aminés stimulant la sécrétion de GH ; la somatostatine, polypeptide de 14 acides aminés, inhibiteur de la production de GH.


Schéma de sécrétion de l'hormone de croissance


Les somatomédines ou IGF:
En fait, l'hormone de croissance ne possède pas d'effet direct important sur la croissance en longueur des os, mais intervient en agissant sur certains organes par la génération de facteurs de croissance à effet local. Les somatomédines ont été découvertes par Salmon et Daughaday en 1957. Il s'agit d'un groupe de substances fabriquées par divers tissus, et particulièrement le foie, sous l'influence de l'hormone de croissance. Ces substances, maintenant dénommées IGF (pour Insulin-like Growth Factors), stimulent l'activité des cartilages de croissance et accroissent ainsi la longueur des os. Par ailleurs, le taux des IGF circulants intervient comme inhibiteur de la sécrétion de GRF et de GH. Les IGF circulent dans le sang, portées par plus de 6 protéines de liaison (les IGF-BP). L'IGF-BP3 agit comme un réservoir libérant de façon continue l'IGF-1 auprès des tissus cibles. L'action d'IGF-1 sur la croissance cartilagineuse s'exerce jusqu'à ce que les hormones sexuelles aient ossifié la plaque cartilagineuse au moment de la puberté. L'effet d'IGF-2 est particulièrement important pour la croissance fœtale.


Représentation schématique du contrôle hormonal de la croissance


Le contrôle neuro-hormonal de la croissance :
L’hypophyse est donc une glande centrale et déterminante dans la croissance et le développement de l’enfant ; elle fabrique l’hormone de croissance, mais elle contrôle aussi d’autres glandes intervenant dans la croissance comme la glande thyroïde, les glandes sexuelles ou les glandes surrénales. L’hypophyse est elle-même sous la dépendance d’une structure située dans le cerveau : l’hypothalamus. Il s’agit d’une masse de tissu nerveux qui fabrique des facteurs de régulation et de contrôle endocriniens réglant l'activité hormonale de l'hypophyse (GRF et somatostatine en ce qui concerne la croissance), à laquelle elle est reliée par un réseau de fibres nerveuses et de filets sanguins, par l'intermédiaire de "neuro-hormones". Ce véritable « cordon ombilical » entre hypothalamus et hypophyse s’appelle la tige pituitaire, très fragile, ce qui explique que certains cas de petite taille sont liés à une anomalie de cette tige pituitaire responsable d’une déficience dans la production d’hormone de croissance.



       
 
Notre site Internet fonctionne uniquement grâce aux visites que vous effectuez sur les annonces publicitaires présentes sur ce site. Aucune information n'est revendue pour assurer le bon fonctionnement de cet outil.